Álex Rins marque Austin de son empreinte

Álex Rins marque Austin de son empreinte

Álex Rins a signé son premier succès de la saison sur un circuit d'Austin où il a fait office de leader tout le week-end.

Après un début de saison mitigé, le pilote espagnol ne pouvait espérer meilleures circonstances pour ouvrir son compteur de victoires. Essais, qualifications, puis course : il a dominé ce Grand Prix des Amériques de bout en bout, ne laissant à ses rivaux que peu de terrain pour s'exprimer.

Les performances n'ont pourtant pas manqué dans la catégorie intermédiaire, ne serait-ce qu'à en juger par le fait que le record des qualifications a été battu par huit pilotes ! Mais, déjà, Rins affichait un niveau à part, enregistrant une amélioration d'une seconde pleine par rapport à la référence établie l'an dernier.

Un rival nommé Sam Lowes

Profitant de ce qui était sa meilleure qualification depuis près d'un an, Dominique Aegerter a bien tenté de frapper un grand coup au départ de la course, mais l'Espagnol lui a repris les commandes dans le premier virage et ne les a plus les laissées à quiconque par la suite.

Álex Rins n'a cependant eu aucun répit et il lui a fallu parfaitement gérer sa course, pour répondre à toutes les tentatives d'approche de Sam Lowes. L'Anglais s'est imposé comme le seul homme en mesure de lui contester la victoire et il a longuement gardé espoir, Rins n'affichant pas plus de quelques dixièmes de marge. Mais, sur la durée, l'Espagnol a bel et bien dominé l'exercice.

"La course a été incroyable. J'ai essayé d'attaquer fort dès le départ", commente le pilote du team Pons, qui signe là sa troisième victoire en Moto2 malgré une petite frayeur dans le dernier tour… lorsqu'il a vu quelques gouttes de pluie tomber ! "Je suis très content de la façon dont s'est déroulé ce week-end : j'ai pu mener la course dès le départ, maintenir un bon rythme et aller chercher la victoire."

Auteur ici-même l'an dernier de ce qui est à ce jour sa seule victoire en Moto2, Sam Lowes aura donc passé la course à tenter de rattraper le lièvre Rins, en vain. "Je suis content de cette deuxième place, même si bien sûr je voulais gagner", souligne-t-il. "Félicitations à Rins, qui a été très fort. J'étais rapide moi aussi, et à 7 tours de l'arrivée je pensais encore pouvoir essayer de l'attaquer parce que je me sentais très bien sur la moto. Mais ensuite, j'ai perdu l'adhérence à l'avant dans le dernier virage deux tours de suite et j'ai décidé de ne pas prendre de risques, d'autant plus que Rins maintenait un très bon rythme et qu'il aurait été très difficile à rattraper."

Zarco sauve un podium

"J'aurais aimé suivre Lowes ou Rins, mais c'était trop difficile", reconnaît quant à lui Johann Zarco, vainqueur de l'épreuve précédente. Le Français, qui avait largement contribué à animer les séances du week-end, a dû se concentrer en course sur une bagarre très disputée pour la troisième place.

Opposé à Dominique Aegerter, Jonas Folger et Thomas Lüthi, Zarco a trouvé la clé pour se détacher de ses rivaux à cinq tours de l'arrivée. "C'était une super bagarre pour la troisième place, mais j'ai senti que je pouvais être rapide à la fin", explique-t-il. "Si j'avais pu attaquer aussi fort au départ, j'aurais été avec les hommes de tête. En tout cas, c'est un circuit difficile pour moi et c'est formidable de monter sur le podium."

En devançant Folger, Aegerter confirme l'excellent rendement qu'il affiche depuis le début de saison, lui qui n'a pas encore manqué le top 5. Son compatriote, Thomas Lüthi, a connu une course plus compliquée. En difficulté dans les freinages, il n'a pu empêcher Simone Corsi de le rattraper et de le passer dans les derniers tours alors qu'il luttait précédemment pour le podium.

Il devance Xavier Siméon, poleman ici-même l'an dernier et auteur ce dimanche de son meilleur résultat de ce début de championnat. On saluera également la présence d'Alex Márquez dans la zone des points, après deux abandons.

Parmi les déçus, Franco Morbidelli, qui n'a pu sauver que deux points, en manque de feeling avec sa machine. Les pilotes Leopard ont quant à eux abandonné coup sur coup, Danny Kent à cause d'un problème d'embrayage et Miguel Oliveira sur chute. Luca Marini a chuté également, emmenant avec lui Robin Mulhauser.

Rappelons que ce week-end a été marqué par le grave accident d'Efren Vazquez, qui a généré l'interruption des qualifications pour que le pilote soit secouru. Hospitalisé à Austin, il souffre d'un tassement de vertèbre et de fracture à la cheville droite.

Au championnat, Thomas Lüthi cède les rênes à Sam Lowes, leader pour la première fois de sa carrière. Le prochain rendez-vous, à Jerez la semaine prochaine, promet d'être électrique avec quatre hommes séparés de seulement 4 points !