Compte-rendu des 12H de Magny-Cours Team N.B.R.T. du 3 au 6 juin 2015

Compte-rendu des 12H de Magny-Cours Team N.B.R.T. du 3 au 6 juin 2015

                                                                       Par Guillaume Bardel

Team manager : Dominique Crapanne.
Pilotes : Guillaume Bardel, Anthony Mourin et Sylvain Crapanne.

 

Mercredi 3 juin.
Sylvain et moi passons la mâtiné à charger le camion. Nous partons en début d'après midi, et après
un trajet tranquille nous arrivons sur le circuit de Nevers Magny-Cours où nous rejoignons Anthony,
notre coéquipier, qui a déjà pris possession du box.
Après l'installation de notre matériel, nous prenons connaissance de la liste des engagés. Seulement
17 teams sont en lice pour cette première édition des 12H de Magny-cours. 17 teams tous plus
rapides que nous sur le papier. Certains d'entre eux sont des habitués des épreuves du mondiale
d'endurance et la plupart ont au moins une expérience dans ce championnat. Rajoutez quelque
pilotes du France Superbike et vous comprendrez, que pour nous, le seul objectif sera de faire une
course propre aussi bien sur la piste que dans les stands dans l'unique but de rallier l'arrivée.
Jeudi 4 juin (essais libres)
Fabien, le boss d' AMPS (Anjou moto pièces services) a rejoint les trois pilotes que nous sommes
dans la nuit. Il nous apprend la mort de Franck Petricola (avec qui nous avions partagé la piste en
endurance il y a quelques années) lors des qualifications du Tourist Trophy de l'ile de Man. Bref
des nouvelles dont on se passerait volontiers...
L'aide de Fabien va être très précieuse aujourd'hui puisqu'il est notre seul mécano pour cette journée
d'essais.
Nous avons récupéré la moto seulement 15 jours avant l'épreuve à l'école de mécanique moto Saint
Pierre Saint Paul de Langogne. Les élèves de l'établissement sous la houlette de leur professeur
d'atelier Fabien Chabany, avaient récupéré la moto après les 24H de Barcelone en juillet 2014, et les
dégâts étaient importants sur notre moteur.
Pour résumer, en un an nous avons roulé deux fois, c'est un peu juste pour préparer une course, mais
comme toujours dans le team nous faisons contre mauvaise fortune bon coeur (Comme tous les
petits teams je pense).
Bon! On papote on papote, mais on est là pour rouler, alors en piste! On va rouler toute la journée
avec des vieux pneus tous rincés, car le budget est comme à chaque fois bien « ric-rac ».
On fini cette journée d'essais libres avec des chronos autour de 1'56. C'est pas vraiment à notre
niveau, mais bon, la moto marche bien au niveau mécanique et en endurance c'est bien là l'essentiel.
Les tops pilotes nous collent des poignées de secondes, ce qui nous inspire cette phrase: « Si ils
payaient leurs pneus, t'inquiètes pas qu'ils rouleraient moins vite » . Faut bien qu'on se trouve des
excuses...
En fin de journée Fabien nous passe une paire de pneus (des neufs cette fois) pour les qualifications
de demain. Il nous fait aussi une purge des freins; « les freins c'est de la confiance » nous dit-il, et
ça tombe bien car de la confiance on en a bien besoin.
Nous sommes invités à un petit apéritif fort sympathique, chez Dunlop, par le directeur du circuit
qui nous dit vouloir inscrire cette épreuve dans la durée. C'est tout ce qu'on lui souhaite...
Sinon demain y'a qualif' alors au dodo!

 

               Anthony au guidon de la 1000 CBR du Nid Barbare Racing Team.

 

Vendredi 5 juin (essais qualificatifs et essais de nuit)
Les qualifications ne sont pas déterminantes pour nous aujourd'hui. On va faire pour le mieux et
essayer de signer des chronos corrects.
C'est moi qui commence, la moto est vraiment mieux, les pneus neufs ça change la vie d'un pilote!
Je rentre au box avec un chrono de 1'53'6. Anthony part à son tour et signe un temps en 1'54'19.
Sylvain quand à lui fini sa séance en 1'56'48. Il fera un peu plus chaud l'après midi ce qui ne
permettra à aucun de nous d'améliorer nos chronos.
Au cumul nous nous classons 16ème sur les 17 teams engagés.
Dom, notre team manager, Fabien Chabany et les élèves de St Pierre St Paul ainsi qu'une bonne
parti de notre staff est arrivé durant l'après midi. Nous disposons désormais d'une équipe au
complet.
Le team manager et les pilotes se rendent au briefing et tout le team se prépare aux essais de nuit.
Alors en selle. Nous trouvons tous que le circuit est moins bien éclairé que celui de Barcelone et les
repères sont donc plus compliqués, surtout que ces essais sont courts (environ 1H à se partager en
trois pilotes). Un pilote relativement connu en mondiale d'endurance me double sous drapeau rouge
pour la deuxième fois de la journée (il me l'avait déjà fait le matin au qualif'). Et dire que ce même
pilote avait pris la parole, il y a quelques minutes à peine, lors du briefing, en demandant aux pilotes
« débutants » ou « amateurs » de faire attention à la sécurité notamment sous safety...Pour moi ce
comportement et juste honteux. A ma connaissance il n'y aura pas de sanction ni pour lui ni pour
son team.
A part ce fait de course, nos essais de nuits se passent plutôt bien et Anthony se montre le plus
véloce en 1'57'2.

 

                                         Guillaume en piste lors des essais de nuit.

 

Samedi 6 juin ( warm-up et course 1)
Samedi matin, le warm-up se passe bien, on fait des ronds tranquillement pour roder quelque
éléments neufs et vérifier que tout marche bien sur notre CBR.
Une petite histoire insolite en cette matinée; un commissaire entre dans le box, trouve sylvain et lui
demande:
– Vous courez en stocksport (moto plus proche de l'origine) ou en EWC (endurance world
championship)?
– En stockspot
– Vos plaques à numéro sont noires, donc vous êtes en EWC.
– Bon ben... d'accord.
Et voilà comment une moto complètement d'origine, des amortisseurs au pot d'échappement (avec
catalyseur sil vous plait) chaussée de D211 homologués route se retrouve dans la catégorie « reine »
de l'endurance.
Kevin (qui à été pilote pour le team au 24h de Barcelone l'an dernier) est venu nous rendre visite
puis la pit-lane est ouverte au public pour la fin de l'après midi. Un moment sympa, et notre
« petite » moto attire son petit lot de spectateurs. Nous invitons ceux qui le souhaite à monter sur
notre machine pour la plus grande joie des petits mais aussi des grands.

 

                                 Ouverture de la pit-lane au public dans l'après midi.

 

Puis vient l'heure du départ de la première manche de 6h. Il y a un petit protocole sur la grille de
départ tous les teams sont « interviewés », on nous demande l'origine du nom « Nid Barbare Racing
Team »... C'est un exercice un peu compliqué de parler devant une camera quand on en a pas
l'habitude...
C'est Anthony qui prend le départ, ce premier relais se passe pour le mieux et la CBR rentre, comme
prévu, au bout d'une petite heure pour le premier ravitaillement en essence. Les relais s'enchainent
et la nuit tombe sur Nevers, et vient le changement de roue arrière, réalisé par les élèves de St Pierre
St Paul. Un feu d'artifice est tiré dans la nuit, le circuit a fait les chose en grand pour cette première
édition. La deuxième partie de course se passe comme la première, c'est à dire sans le moindre
incident pour nous. A une heure du matin le drapeau à damier s'abaisse et la CBR numéro 25 passe
la ligne d'arrivée à la treizième place.
Tous les membres se retrouvent sous le barnum du team pour boire un verre, mais la soirée ne
s'éternise pas car demain une autre manche de six heures nous attends.

 

                                    Sylvain à l'entrée de la ligne droite des stands.

 

Dimanche 7 juin (course 2)
Après le petit déjeuner, le team manager et les mécaniciens se rendent dans le box pour préparer la
machine à cette deuxième manche qui débutera à 11 heures.
C'est moi qui prend le départ, nous partons dans l'ordre de l'arrivée d'hier soir, ce qui fait que nous
sommes juste derrière le team Bolliger (troisième des derniers 24h du Mans s'il vous plait), qui ont
eu des soucis mécanique lors de la première manche. Du coup on regarde leur moto ( la fourche de
leur machine qui doit couter deux fois plus chère que notre moto), on prend des photos, des vrais
touristes quoi!
Le drapeau tricolore est agité par le directeur de course et c'est parti pour six heures d'endurance.
Les relais se suivent sans encombre, je signe le record du team à mon deuxième run en 1'53'12.
Les deux trois derniers tours sont un peu compliqués car les plaquettes de freins sont foutues.
Mais à 17H, Anthony passe la ligne en dixième position et termine le pneu arrière en burn à la
demande des élèves de St Pierre St Paul.
Nous nous classons onzième au cumul des deux manches.

 

                              Changement de roue de notre machine vue des loges.

 

Remerciements
Il est possible que ces 12h de Magny-cours sonne la fin du Nid Barbare Racing Team (ou tout du
moins sont engagement en compétition). Les budgets, le temps, les risques, la vie de famille font
doucement pencher la balance du coté de la raison au détriment de la passion.
Dix saisons de compétition depuis notre première course en 250 promosport, et la magnifique
qualification de Sylvain en 15ème place à Ledenon ( bon, après il a fait des tonneaux, mais si ça
passait c'était beau...). Nos débuts en trophée de France d'endurance, les o3z et la coupe de France.
Les 6 heures de Spa, les 24heures de Barcelone, deux tours d'horloge qui sont le rêve de tous pilote
d'endurance...
Je sais que tant que ma mémoire ne serra pas défaillante, je me souviendrais de tous ces moments
de courses avec en arrière plan, ce qui devrait être mis en avant en sport mécanique et surtout en
endurance; le travail de toute une équipe. Durant toutes ces années tout n'a pas était simple, loin de
là, mais nous avons pu compter sur des gens adorables qui nous ont toujours mis dans les meilleurs
conditions pour rouler. Certains membres du team étaient des amis de longue date, d' autres le sont
devenus. Merci à tous!
Je laisserai la conclusion à Anthony, qui dans un message qu'il nous a adressé juste après ces 12H a
su trouver les mots justes: « J'aurais aimé faire un petit discours ce dimanche (note: juste après la
course), mais j'avais pas le courage. Je tenais à vous remercier d'avoir accepté le petit lyonnais que
je suis dans votre team, qui à mes yeux est une vraie famille, et avec qui, on ne peut que se sentir
bien et en confiance. Vous m'avez fait vivre des choses merveilleuses (CFE, Spa, Barcelone,
Magny-cours...) avec de la bonne humeur à tous les étages, je ne pouvais pas rêver mieux. Et des
choses beaucoup moins joyeuses qui ont beaucoup touchées l'équipe, les disparitions de Dom et
Jojo, qui nous manque à tous et étaient des piliers au N.B.R.T., toujours le sourire et adorables à
l'image du team, et je sais que de la haut ils nous ont aidés à nous surpasser et à aller de l'avant!!!
(…) Vous allez me manquez c'est certain. »