Iannone - "Lorenzo et moi pourrions être l'association parfaite"

Iannone - "Lorenzo et moi pourrions être l'association parfaite"

À quelques jours du Grand Prix de France, Motorsport.com s'est entretenu en exclusivité avec Andrea Iannone, le pilote qui a probablement connu le début de saison le plus mouvementé.

Après avoir glissé sur une ligne blanche au Qatar, l'Italien a aggravé sa situation en Argentine en faisant chuter son coéquipier, Andrea Dovizioso, dans le dernier tour alors que tous deux étaient en mesure de monter sur le podium. Il a repris du souffle à Austin en montant sur le podium, même si les accidents survenus durant cette course lui ont été profitables.

Depuis, l'équipe italienne a annoncé l'arrivée de Jorge Lorenzo et clairement indiqué que le second guidon se jouera entre Iannone et Dovizioso. Dans l'entretien qu'il a accordé à Motorsport.com, le pilote de Vasto a assuré rester serein face à cette perspective tout en cherchant à faire peser dans la balance les arguments en sa faveur.

Qu'est-ce qui pèse le plus dans ton esprit : ton podium à Austin ou bien tes chutes au Qatar et en Argentine ?
"Les chutes des deux premières courses pèsent certainement plus, mais je n'y pense pas trop. Cela ne m'intéresse pas de regarder en arrière, je me concentre sur ce qu'il y a devant. Je suis positif et je pense l'avoir démontré avec le podium d'Austin, après avoir été rapide tout le week-end. Cela ne s'obtient que si l'on pense de façon positive."

Ces chutes t'ont-elles appris quelque chose ?
"Ce fut une leçon, mais il faut aussi avoir à l'esprit que beaucoup d'éléments ont changé cette année, la différence est grande par rapport à la saison dernière. J'ai peut-être payé avant les autres, mais j'ai l'impression que presque tout le monde fait des erreurs. Cela n'est pas arrivé qu'à moi, c'est aussi arrivé à ceux qui sont champions et qui essayent d'être rapides. Il y a eu beaucoup de chutes jusqu’à présent, parce que ce nouveau scénario demande un style de pilotage très différent. Tant que l'on ne s'est pas adapté mentalement, on peut très facilement faire des erreurs. Quand on aura dépassé cela, ça deviendra instinctif."

Est-ce que les pneus sont la différence principale ?
"Ça n'est pas seulement ça, parce que l'électronique, par exemple, aide beaucoup moins. De mon point de vue, les composés sont compétitifs, mais il faut les traiter différemment. C'est un peu ce qui se passe quand deux filles te plaisent : tu es peut-être intéressé par les deux, mais l'une se comporte différemment de l'autre. Ce n'est pas que l'une est belle et l'autre affreuse. Bridgestone demandait une méthode particulière, différente de ce que l'on met en pratique avec Michelin. C'est à nous, les pilotes, de nous adapter."

Quelle est la meilleure façon de convaincre Ducati de te garder pour être le coéquipier de Lorenzo ?
"Je ne dois convaincre personne et je pense que Ducati a conscience de ma vitesse et de mon potentiel. Ils ont les données de toutes les séances, ils les regardent, puis ils décident. Il est évident qu'il est important de disputer un bon championnat, mais c'est quelque chose que je souhaite encore plus qu'eux."

Quoi qu'il advienne, tu es en position de piloter une Ducati, une Honda, une Suzuki ou une Yamaha. Laquelle s'adapterait le mieux à ton style, à ton avis ?
"En MotoGP, j'ai grandi avec la Ducati, je la connais donc bien. Je pense bien m'y adapter et vice versa. Je n'ai jamais essayé d'autre prototype, je n'ai donc aucune idée de comment sont les autres. En tout cas, d'après ce que je vois à la TV, je peux vous dire que Jorge, Valentino et moi avons un style très similaire. Alors, en théorie, la Yamaha aussi pourrait être bien adaptée pour moi. En tout cas, je crois que la Ducati est la moto parfaite pour moi."

Comprends-tu que Ducati vous demande ouvertement, à Dovizioso et toi, de vous battre pour la seconde moto ?
"Ce n'est pas Ducati qui a créé ce scénario. C'est ce que l'on peut comprendre, mais je suis certain que le team sait exactement ce qu'il veut pour l'avenir. Moi je ne le sais pas, mais je suis certain qu'eux oui. Il est évident que ce qui se passe chaque dimanche est important."

Penses-tu que le fait d'avoir fait chuter Dovizioso en Argentine pourrait être décisif pour toi ?
"C'est sûr que cela ne m'aidera pas, mais tout le monde comprendra que l'on peut faire des erreurs. L'année dernière, j'ai abandonné deux fois à cause d'un problème mécanique et cela s'est reflété dans ma position au championnat. Parfois la moto échoue et parfois c'est le pilote. À l'heure actuelle, on n'est pas dans la position que l'on mérite et c'est à cause d'une faute que j'ai faite. Qu'est-ce que je peux y faire ? Personne n'est parfait, mais il faut bien sûr apprendre de toutes ses erreurs."

Que trouvera Lorenzo l'année prochaine ?
"Un très bon team, un constructeur très important. Je n'ai fait partie d'aucune autre équipe, mais tout fonctionne extrêmement bien."

As-tu été gêné par le fait que Ducati a passé ces derniers mois à dire qu'ils recherchaient un pilote gagnant ?
"Ducati connaît parfaitement bien le niveau de ses deux pilotes et je ne crois pas qu'ils pensent ne pas avoir deux pilotes de pointe. Ce qui se passe, c'est que le team veut s'assurer d'en avoir un. Je parle pour moi, mais si Ducati m'a amené ici c'est parce qu'ils croient en mon talent et en mon potentiel. Bien entendu, après plusieurs années de progression durant lesquelles on a développé la moto, on en arrive à un point où elle est prête. C'est alors qu'ils ont décidé de chercher un pilote qui a déjà démontré qu'il était un winner. Je n'ai rien gagné. Ou plutôt, j'ai gagné des courses avant d'arriver en MotoGP, mais pas de titre."

Qu'est-ce que Lorenzo peut offrir de plus que toi ou Dovizioso ?
"Je ne sais pas, c'est quelque chose que l'on va devoir découvrir. En théorie, Jorge peut remporter un championnat. Et en théorie, je suis très rapide et très prometteur, mais je n'ai pas encore gagné. C'est la raison pour laquelle je pense que Lorenzo et moi pourrions former la parfaite association : un pilote jeune et très rapide, et un autre qui est rapide lui aussi et qui est prêt à gagner immédiatement. En tout cas, on ne verra cela que lorsque Jorge arrivera et que l'on saura comment il se sent avec cette moto."

Tu soutiens donc la décision qui a été prise en l'engageant.
"À mon avis, Ducati a bien fait en signant Lorenzo."