GP des Amériques: Pedrosa en appelle au retrait des ailerons, par sécurité

GP des Amériques: Pedrosa en appelle au retrait des ailerons, par sécurité

La multiplication des ailerons sur les MotoGP pousse les pilotes à s'interroger sur leur sécurité.

O.P., Austin - Après celles de Cal Crutchlow, qui a été le premier à tirer la sonnette d'alarme, les critiques se multiplient peu à peu. Loris Capirossi, ancien pilote et désormais membre de la Commission de Sécurité, fait partie de ceux qui estiment qu'il faudrait établir un cadre réglementaire, et il n'est pas le seul.

Pourtant, même si certains avaient dit vouloir l'aborder, le sujet n'a pas été évoqué vendredi, lors de la dernière réunion en date de la Commission de Sécurité, réunions auxquelles tous les pilotes sont invités.

Dimanche, à Austin, Dani Pedrosa s'est montré très critique sur le sujet. Parti à la faute en course, le pilote Honda a vu sa machine heurter de plein fouet le flanc gauche de la Ducati d'Andrea Dovizioso. Un choc violent, brutal et dangereux, qui heureusement ne s'est soldé par aucune blessure.

Mais que ce serait-il passé si, à cette vitesse et avec une telle force, la moto de Dani avait été équipée de ces énormes ailerons ?

"Je suis heureux qu'il aille bien et que ma moto ne l'ait pas blessé. On a de la chance que je n'aie pas eu de gros ailerons, parce que ça aurait pu [lui] coûter cher", expliquait Pedrosa après la course.


Au départ du Grand Prix d'Argentine, on a pu voir distinctement la Ducati d'Andrea Iannone entrer en contact avec la Honda de Marc Márquez, ce qui a eu pour effet de casser sur le coup la caméra embarquée du pilote espagnol. Puis, dans le dernier tour, à 100 mètres de l'arrivée, Iannone a fini au sol, emmenant dans sa chute son coéquipier Dovizioso qui a failli recevoir un coup d'aileron sur la moto.

"Mon opinion personnelle, c'est que les ailerons doivent être traités comme une question de sécurité. En Argentine, on a vu comme celui de la moto d'Andrea avait coupé la caméra embarquée que l'on a derrière. C'est pourtant assez dur : si ça peut se casser, ce pourrait être bien pire en cas d'impact contre un choc", s'interroge Dani Pedrosa.

Le pilote Honda insiste sur le fait que "il faut cela soit stoppé, comme une question de sécurité, parce qu'aujourd'hui les ailerons sont très grand et présentent un profil très laid."

De plus en plus grands

Dans l'ère moderne du championnat, les ailerons utilisés par Ducati pour sa Desmosedici ont d'abord été de petits appendices latéraux, puis ils sont devenus plus grands et leur position sur le carénage a varié. Aujourd'hui, Ducati utilise deux ailerons de chaque côté, un aileron supérieur très grand et un autre, en position inclinée et placé plus bas, moins épais mais non moins ostentatoire. Ils sont faits de fibre de carbone et même si Ducati assure qu'ils se casseront avant le moindre impact afin de ne pas causer de blessures, il s'avère que Iannone n'a rien senti en arrachant la caméra de Márquez.

Outre Ducati, Yamaha a commencé à les utiliser l'année dernière, d'abord de taille réduite puis de dimensions plus importantes aujourd'hui dans le cas de Jorge Lorenzo (Valentino Rossi, lui, en utilise peu). Ils ont fait leur apparition chez Honda pendant la pré-saison, la marque utilisant deux modèles mais de dimensions assez réduites.

La question des ailerons devrait être abordée le 22 avril lors de la prochaine réunion de la Commission de Sécurité, pendant la première journée du Grand Prix d'Espagne.