Sachsenring, Moto2, course : Xavier Siméon écrit une nouvelle page de la moto en Belgique

Sachsenring, Moto2, course : Xavier Siméon écrit une nouvelle page de la moto en Belgique

C’était en 1983 et c’était en Belgique à Spa Francorchamps. Cette année-là, Didier de Radiguès remportait le Grand Prix de Belgique devant Christian Sarron. En 2015, comme pour respecter l’équilibre, c’est cette fois Xavier Siméon qui s’impose devant Johann Zarco.

Il faut dire que le weekend du belge et du français s’est particulièrement bien déroulé depuis la FP3 puisqu’on les a vu aux avant-postes pendant toutes les séances.

Avec eux, il y avait également un certain  Franco Morbidelli et c’est exactement ces trois pilotes qui ont fait toute la course en tête.

L’Italien avait choisi un pneu tendre à l’avant et Dunlop avait annoncé qu’il subirait probablement une baisse significative du rendement de ses enveloppes vers la moitié de la course.

Il aura fallu attendre 9 boucles avant le drapeau à damier pour le voir céder du terrain à Zarco. C’est le moment où Xavier Siméon décidait de le doubler.

En deux tours, le belge refaisait son retard sur le Français et dès la boucle suivante, il passait en tête grâce à un excellent dernier secteur qui lui permettait de sortir dans la roue du français et de le passer au bout de la ligne droite.

La suite c’est une série de quatre tours parfait où le belge n’aura pas laissé à zarco la moindre chance de l’attaquer et on se doute d’ailleurs que Johann n’en avait certainement pas envie au point de prendre tous les risques.

Et il a certainement bien fait car dans le dernier virage, Morbidelli, attaqué dans l’avant dernier par Rabat et Rins, revenu à la force du poignet, prenait les freins un peu tard et ses pneus à l’agonie ne trouvaient pas le grip nécessaire pour le maintenir sur ses roues. Malheureusement, dans sa chute, il emportait le malheureux Tito Rabat.

Blessé à l’épaule avant la course, le pilote VDS semblait touché au même endroit. Il semble qu’il est maintenant définitivement hors-jeux du Championnat puisqu’il pointe à 65 longueurs de Johann Zarco.

Etant donné que c’est son dauphin, on dirait qu’on peut d’ores et déjà parler d’un Championnat plié.

Alex Rins tire les marrons du feu et prend la troisième position, son quatrième podium en cinq courses.

Il est suivi par Corsi et Lowes qui complètent le top 5 mais, il faut bien l’avouer, sans avoir été en mesure d’inquiéter les leaders.