Suzuki teste des nouveautés en essais privés

Suzuki teste des nouveautés en essais privés

Les titulaires Suzuki ont fait des heures supplémentaires à Austin, pour une journée d'essais privés.

L'objectif était double : d'abord, passer en revue les données recueillies sur les trois premières manches, en dehors du cadre frénétique d'un week-end de Grand Prix, mais aussi tester certaines mises-à-jour sur la GSX-RR, en matière de réglages et d'électronique.

Maverick Viñales et Aleix Espargaró se sont principalement concentrés sur le châssis 2016 et Suzuki indique que, si leurs feedbacks étaient parfois différents l'un de l'autre, ils s'accordaient "sur la direction à prendre pour obtenir les améliorations les plus rapides".

"On a testé de nouvelles configurations du châssis 2016, que l'on a comparées avec celle que l'on avait utilisée pendant la pré-saison et celle des trois premières courses, et on est contents d'avoir découvert que, sur cette piste, elles auraient pu nous mener à un résultat plus positif. Après ce test, j'ai peut-être un petit regret sur mon choix", indique Maverick Viñales, auteur dimanche du meilleur résultat de la Suzuki nouvelle génération, une quatrième place qui l'a malgré tout déçu avec ses 18 secondes de retard sur le vainqueur.

"On a pu entrer vraiment en profondeur avec ces deux faces de la même pièce et on connaît désormais mieux le potentiel des deux châssis", souligne le jeune pilote espagnol. "Cela nous donne une double option et je n'exclus pas de décider d'adopter l'une ou l'autre en fonction des spécificités des différentes pistes. Globalement, ce que l'on recherche c'est plus de traction et aussi plus d'efficacité dans les freinages forts, ce qui a encore à voir avec le grip arrière. On a aussi progressé avec l'électronique et c'est là aussi quelque chose qui pourrait nous aider."

Espargaró reprend confiance

Après un début de saison particulièrement complexe, Aleix Espargaró semble avoir apprécié d'avoir le temps de se pencher sur le châssis 2016 qui lui a largement compliqué la vie dernièrement. "C'est bien que l'on ait eu l'opportunité de faire ces essais ici, parce qu'on manquait d'informations et on a maintenant une idée plus claire de notre niveau", souligne-t-il. "Les différences entre le châssis 2015 et les nouvelles configurations du 2016 ne sont pas si grandes, mais leurs points forts sont différents et cela nous donne plus d'options à exploiter quand il s'agit de s'adapter au mieux d'une piste à l'autre."

"Aujourd'hui, j'ai gagné en confiance et mes chronos se sont améliorés, et cela me rend heureux après les trois courses difficiles que j'ai eues jusqu'ici", se félicite Aleix. "Je continue à travailler sur mon style de pilotage pour qu'il convienne mieux aux pneus Michelin et, dans cette optique, on a testé de petites variations de ma position sur la moto."

Suzuki pourra mettre à profit ces enseignements dès la semaine prochaine, avec la première manche européenne de la saison, au programme à Jerez.